Algérie

Soirée 8 épisode 14 de Jazz à Carthage: Roosevelt Collier Band et Jowee Omicil


La soirée commence en beauté avec Roosevelt Collier, surnommé « The Dr », sans équivoque, l'artiste le plus souriant de la planète et son sourire est contagieux !Sa musique, un mélange puissant de blues, de gospel, de rock et, selon ses propres mots, de « crasse répugnante et marécageuse », sort de sa fameuse guitare en acier et atteint en plein c'ur. Ce n'est pas une simple interprétation, Roosevelt canalise quelque chose de spirituel, comme un message que chacun de nous reçoit à sa façon.
L'énergie sur scène est palpable, intense, et on commence à croire ce que Roosevelt dit depuis toujours, que sa mission est de toucher et de guérir les gens par la musique.
Sa musique n'est pas anodine, il donne l'impression de la télécharger directement du ciel.
Une expérience mystique !
En deuxième partie de soirée, Jowee Omicil reprend le flambeau avec une musique joyeuse, généreuse, colorée qui donne l'impression de se retrouver dans des rues inondées de soleil, au milieu de fêtes impromptues.
Jowee n'interprète pas du jazz, il parle le jazz comme si c'était sa langue maternelle ou une activité aussi naturelle que respirer, un jazz très particulier, très personnel, hybride, mêlant ses racines créoles au Hip-Hop, au gospel, à la soul et à plusieurs musiques traditionnelles du monde.
Et il nous embarque dans son univers, pour un voyage dans un pays imaginaire, quelque part entre les Caraïbes, l'Amérique du Sud et l'Afrique du Nord, où le jazz est à la fois poésie et bohème.

Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
Veuillez saisir le code ci dessous
*



Recharger l'image

(Les champs * sont obligatores)