Algérie

Tunisie ' les crédits au secteur agricole ne dépassent pas 5% du total des crédits accordés aux autres secteurs !


D'après le bulletin des statistiques financiers (BSF) élaboré par la Banque centrale de Tunisie (BCT) paru en octobre 2019, les crédits recensés par la centrale des risques de l'institut d'émission octroyés au secteur de l'agriculture et de la pêche est de 2845.6 Millions de Dinars fin septembre 2019 et est estimée, à 4.4% du total des crédits accordés aux autres secteurs économiques du pays.Cette quote-part maigre pose des questions se rapportant à l'investissement agricole mais surtout quant à son avenir. On évoque souvent l'aspect stratégique du secteur et son rôle primordial pour préserver l'équilibre de la balance alimentaire nationale. Mais lorsqu'il s'agît de financement, il est clair d'après les chiffres présentés que les banques sont réticentes en raison, selon la logique bancaire conventionnelle, des risques que cours ce secteur dépendant des aléas climatiques et autres et jugé peu rentable.
A titre indicatif, les crédits du secteur se répartissent, d'après la BCT, entre l'agriculture, la chasse et la sylviculture pour 2552.7 MD et la pêché, la pisciculture et l'aquaculture à hauteur de 292.9 MD fin septembre 2019. A la même date, l'encours des crédits à court terme du secteur agricole sont de 1678.33 MD, celui qui concerne les crédits à moyen et long terme s'élève à 1167.3 MD.
D'après un rapport de synthèse sur l'agriculture en Tunisie élaboré en 2019 dans le cadre du programme d'appui « ENPRAD ' Programme du voisinage européen pour l'agriculture et le développement rural » financée par l'Union Européenne montre que la part des investissements dans le secteur de l'agriculture et de la pêche en Tunisie (Formation Brute de Capital Fixe) représente près de 7 % de l'ensemble des investissements publiques et privés depuis 2010. Le montant des investissements dans le secteur était de l'ordre de 1250 (MD) en 2016.
À la lumière du rapport, la répartition des investissements par type d'intervenants montre une certaine stagnation de l'investissement privé. Ces investissements sont consacrés, principalement, à l'acquisition de matériel agricole et à l'exécution de projets dans l'élevage et de l'arboriculture.
Cette stagnation des investissements privés semble liée aux contraintes structurelles (la situation foncière des exploitations) et conjoncturelles (coût élevé à l'importation), aux rigidités caractérisant le processus d'octroi des crédits bancaires, aux coûts du capital et du travail. Les entrepreneurs privés sont également confrontés à des problèmes d'insécurité qui impactent négativement l'investissement dans le secteur agricole (vol de bétail et détérioration du matériel destiné à l'irrigation).
Les flux d'investissements directs étrangers (IDE) dans le secteur de l'agriculture restent volatiles et très limités. Le total des IDE agricoles n'a pas dépassé 26 (MD) en 2017, soit seulement 1.9% du total des flux d'IDE (hors énergie).
Ainsi, il clair que le secteur agricole souffre d'une grande marginalisation et de l'absence de politique de développement durable. Cette problématique nécessite une intervention urgente aussi bien de la part des autorités que des différents intervenants.
Il importe de rappeler que l'Observatoire national de l'agriculture (ONAGRI) relevant du Ministère de l'agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche a évoqué que la balance commerciale alimentaire a enregistré à fin décembre 2019 un déficit de 1398.2 MD contre 476.1 MD durant la même période de l'année précédente ; enregistrant ainsi, un taux de couverture de 75.3%.
Partagez10
Tweetez
+1
Partagez
10 Partages
Que se passe-t-il en Tunisie'
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
Veuillez saisir le code ci dessous
*



Recharger l'image

(Les champs * sont obligatores)